J’ai choisi d’avoir un chien

Ce que j’aime dans mon métier, avant d’aimer les chiens, c’est ce qui nous anime de vivre avec un animal n’ayant pas les mêmes styles de vie que nous. en dehors de nos especes différentes quoi qu’assez similaires sur les besoins, sur nos personnalités individuelles. Pourquoi ai je pris un animal autre que ma propre espèce ? Pourquoi ai je choisi cette complexité ? Qu’est ce que mon choix dit il de moi ?

J’ai beau travailler avec les humains et leurs chiens, je ne pourrais clairement pas vivre avec n’importe lesquels de ces deux espèces. Je dirai même que je suis très exigeante d’avec qui je vis. Et pourtant, j’ai choisi de vivre avec un chien et deux chattes.

Il arrive très souvent que lorsque j’interviens chez les clients, je me retrouve devant des incohérences entre ce que les protagonistes veulent et ce qui se passe. Or, le non sens, qu’importe l’espèce animale, amène à des déviances (regardez notre société qui sombre au fur et a mesure des années et de notre société qui baigne dans des incohérences complètes).

J’aimerai qu’il soit calme, mais je le trouve triste quand il n’est pas expressif.

J’aimerai qu’il soit sociable mais j’ai peur de le laisser communiquer.

J’aimerai qu’il soit patient mais je n’arrive pas à prendre le temps de lui apprendre.

J’aimerai qu’il sache rester seul, mais je suis incapable de me détacher de lui lorsqu’il est la.

Vous les sentez ces petites incohérences ?

Nos relations sont le reflet de ce que nous sommes. Seulement, nous les humains, nous vocalisons beaucoup. Nous adoptons des masques, qui nous empêchent d’être clair malgré nos neurones miroirs qui sont bien là pour nous faire évoluer les uns les autres, comme tout animaux sociaux que nous sommes. Mais les autres espèces, elles, utilisent leur langage propre, qui peut parfois être bien dérangeant dans notre monde très peu adapté à une autre espèce que la notre. Par ailleurs il est aisé d’observer que les chiens les plus stables sont ceux pouvant se rapprocher au mieux de ce qui correspond à leur espèce, en ayant des contacts réguliers mais sans attentes de la part des humains, le plus libre possible.

La vraie question qui se pose avant de prendre un chien, n’est pas quel type de chien je souhaite, mais pourquoi est ce que je veux vivre avec un chien? Qu’est ce que cette cohabitation m’apporter, et surtout, qu’est ce que je cherche dans cette cohabitation ?

J’ai moi même mis du temps a trouver, et je n’ai toujours pas totalement élucider cette problématique bien plus complexe qu’il n’en paraît.

Ma vie avec Tom est véritablement a mon gout un long fleuve tranquille. Au point où j’ai peur du jour où son vide se fera sentir, et que j’aurai sûrement envie de sauter le pas de vivre une autre aventure avec un autre. Il est très loin d’être parfait, mais est parfaitement imbriqué a notre style de vie au quotidien. Je fais ce qu’il faut pour la vie lui soit agréable, il fait ce qu’il faut pour que ça soit le cas pour moi aussi.

Je vis avec des animaux parce que j’ai décidé qu’ils me permettront de m’aider à évoluer. De trouver des réponses à des questions existentielles profondes. Dans la douceur, trouver des axes de travail pour trouver le compromis. Apprendre à se respecter mutuellement.

Vous voulez connaître le sens profond de ce qu’est une personnes propriétaires d’un chien ? Parlez a son chien.

Quand aller voir un éducateur canin ?

Le métier d’éducateur a vu le jour là ou les chiens ont pris de plus en plus de place dans notre quotidien, parfois même centrale.

Il devient donc de plus en plus important de composer avec cet être dont nous manquons parfois de lecture, de connaissances avec des habitudes qui peuvent être bouleversées.
Entre les conseils de nos proches, les idées reçues, celui du vétérinaire, il arrive d’être totalement perdu.

C’est ici que le métier d’éducateur/comportementaliste canin a sa place.

 Je peux avoir à faire avec un éducateur pour :

  • Des dérangements comportementaux.
    Ici, je place explicitement le terme « dérangements », car ce qui peut être ennuyeux pour certains peuvent être totalement acceptables pour d’autres. Le principal étant de trouver une entente et une adaptation commune.
  • La volonté de se renseigner.
    L’arrivée d’un chiot, l’envie d’en savoir plus, avoir des réponses à ses questions.
  • L’envie de passer du temps constructifs avec son chien, à travers des activités respectueuses de ses capacités et de ses besoins.
  • Partager entre passionnés, rencontrer de nouvelles personnes. Car il ne faut pas l’oublier, nos chiens ont aussi ce pouvoir de nous rassembler !
  • Éduquer dans la bienveillance.
    Si vous avez le besoin d’apprendre à votre chien, je vous accompagnerai dans la manière de faire et vos choix.

Pourquoi venir me voir ?

J’ai la volonté de faire en sorte que chaque binôme puisse trouver son équilibre. Que chaque membre du groupe puisse se sentir à son aise tout en respectant l’intégrité de chacun dans son quotidien.

Voici mon vœu : accompagner pour guérir, communiquer pour amener la bienveillance. Aller vers l’autre, de l’humain au chien et du chien à l’humain, est une démarche d’ouverture sur soi et d’introspection, jusqu’à faire sortir et utiliser le meilleur de nous-mêmes, faisant du binôme humain/chien une relation unique.
Aux rythmes de chacun et dans le respect de tous, je vous propose de vous emmener vers l’amélioration de votre communication, concevoir notre impact sur notre compagnon et sa vie, percevoir la manière dont nous concevons nos relations.

Au soleil levant

Il n’est pas bien rare que nous, passionnés d’éthologie canine soyons amenés à nous découvrir par une rencontre avec un chien. Comme nous, ils vivent une histoire et portent la leur.
Moi qui n’ai jamais cru un jour finir avec un labrador, voilà que j’ai connu Tom, un chien venu d’une portée sauvage, sociable mais soucieux de son espace vital, une communication manquant parfois de justesse.
Un chien qui a donc besoin d’un entourage particulier, un chien, un ami pour lequel il est nécessaire de voir par ses yeux pour comprendre son monde. C’est ainsi que j’ai mis le pied dans ce mélange de psychologie humaine et connaissance du canin. Devenir un guide digne de sa loyauté et le connaître comme un véritable partenaire, ses codes, ses besoins, ses sens, sa communication.
Voici mon vœu : accompagner pour guérir, communiquer pour amener la bienveillance. Aller vers l’autre, de l’humain au chien et du chien à l’humain, est une démarche d’ouverture sur soi et d’introspection, jusqu’à faire sortir et utiliser le meilleur de nous-mêmes, faisant du binôme humain/chien une relation unique.
Aux rythmes de chacun et dans le respect de tous, je vous propose de vous emmener vers l’amélioration de votre communication, concevoir notre impact sur notre compagnon et sa vie, percevoir la manière dont nous concevons nos relations.